Critique

CINÉMA

Une femme douce (Cannes 2017) - la critique du film

Opération sabordage

Le 16 août 2017

Il aurait pu s’agir du chef-d’œuvre ukrainien sur la résistance des corps, mais Loznitsa choisit en fin de parcours délibérément d’anéantir ses fulgurances les unes après les autres. Film malade, "Une femme douce" recèle peut-être pourtant malgré ses scories quelques-uns des plus beaux élans kafkaïens du cinéma moderne.

Galerie Photos

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?