Critique

CINÉMA

Trouble every day - la critique du film

Mangeuse d’hommes

Le 9 décembre 2016

Claire Denis filme des amours barbares et cannibales, entre fantasme éprouvant et horreur réaliste. Un festin de sang odieusement troublant et efficace, qui marque son empreinte durable sur le spectateur.

Galerie photos

© Rezo Films
© Rezo Films
spip-bandeau
  • Gérard Crespo 30 avril 2009
    Trouble every day - la critique du film

    Il a été reproché à la cinéaste d’avoir délaissé les belles lumières et les troublants corps-à-corps de Beau travail pour un film de vampires « chic » au scénario jugé quelque peu tarabiscoté. Certes, l’histoire n’est pas de tout repos et la vraisemblance n’est pas la priorité affichée : mais n’est-ce pas là le propre du film d’horreur ? La photographie d’Agnès Godard est très belle et la cinéaste refuse le tape-à-l’œil, les effets gore, et les dialogues trop explicatifs. En fait, l’œuvre est fidèle au style de Claire Denis, et nous retrouvons la même galerie de personnages marginaux et de situations incongrues que dans ses précédents films. Il faut aussi mentionner une bande musicale palpitante et l’interprétation remarquable de Béatrice Dalle : sa composition de mante religieuse névrosée restera dans les mémoires.

  • Norman06 30 avril 2009
    Trouble every day - la critique du film

    Il a été reproché à la cinéaste d’avoir délaissé les belles lumières et les troublants corps-à-corps de Beau travail pour un film de vampires « chic » au scénario jugé quelque peu tarabiscoté. Certes, l’histoire n’est pas de tout repos et la vraisemblance n’est pas la priorité affichée : mais n’est-ce pas là le propre du film d’horreur ? La photographie d’Agnès Godard est très belle et la cinéaste refuse le tape-à-l’œil, les effets gore, et les dialogues trop explicatifs. En fait, l’œuvre est fidèle au style de Claire Denis, et nous retrouvons la même galerie de personnages marginaux et de situations incongrues que dans ses précédents films. Il faut aussi mentionner une bande musicale palpitante et l’interprétation remarquable de Béatrice Dalle : sa composition de mante religieuse névrosée restera dans les mémoires.

Votre avis

Votre note :
5 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?