Critique

CINÉMA

Watchmen, les gardiens - la critique

Le 15 mai 2010

Galerie photos

© Paramount Pictures France
© Paramount Pictures France
spip-bandeau
  • roger w 6 mars 2009
    Watchmen, les gardiens - la critique

    Complètement surréaliste, cette adaptation de "watchmen" est un OVNI difficile à conseiller. Parfois horripilant dans sa volonté de franchir toutes les barrières du mauvais goût (à la façon du ratage de "The spirit"), il propose parfois des moments de pure jubilation qui compensent les bévues du cinéaste. Objet hybride et insaisissable, le film ne ressemble à rien de connu et c’est finalement sa principale qualité. Anti-commercial au possible.

  • birulune 15 novembre 2016
    Watchmen, les gardiens - la critique

    Quelle critique ! La première fois que je l’ai vu j’ai lâché a la scène de cul ( attentionspoiler !) entre le Hibou et Spectre Soyeux, sans doute la musique allez savoir... Depuis il est a classer en haut de la pile de mes films préférés. Il faut replacer le film dans son contexte originel pour aimer : S.King, le roi de l’horreur, décrit dans Anatomie de l’horreur, sorte de pensum sur les oeuvres horrifiques, que le début de la guerre froide a été vécu comme un réel traumatisme pour l’Amérique. Après le 11 septembre, c’est en replongeant dans les démons du passé que Snyder arrive à se faire décanter toute cette peur viscérale de l’ennemi ; notons que l’on ne voit aucun russe ni aucune tête nucléaire soviétique a aucun moment ; le débat est lancé : Les Héros Masqués sont une parodie amère de l’Amérique bourrine du cinéma reaganien ou de véritables gardiens ? Le Comédien, personnage central du scénario, est vu comme le héros du passé, il est pourtant celui qui donne une chance aux autres, par sa chute même, de sauver le monde. Le cynique Rorchar, parano et associable, donne la voie pour sauver les meubles et se montre finalement quelqu’un de très humain, voire, le dernier à montrer une réelle humanité. Film cathartique foutraque aux couleurs nauséeuses, on sature, mais on en redemande. Snyder veut distiller un sentiment doux- amer, celui du goût retrouvé pour le règlement de compte bourrin qui a tant manqué au cinéma après les attentats. Après le très poli Avengers, on regrette un peu la gnac qui a fait naître un joyau d’hyper-violence tel que Watchmen.

Votre avis

Votre note :
5 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.