Cannes 2018 : Le Poirier Sauvage - la critique du film

Orange is the new Sinan

Le 3 août 2018

Se prétendre une vocation d’artiste n’est-il qu’une chimère qui cache une peur de marcher dans les pas de ses parents ? Répondre à cette question intime est la clef du passage à l’âge adulte. C’est aussi celle que se pose Sinan, alter ego rajeuni de Nuri Bilge Ceylan, dans ce magnifique long-métrage, apothéose d’une carrière déjà si riche.

Galerie Photos

Vos avis

  • 13 août, par Noemie

    Votre critique est excellente. Merci. Je m’abonne à ce site car cela fait très très longtemps que je ne lis plus "les critiques officielles" tellement elles sont insipides et passent à côté de l’essentiel. Une question pourtant : où avez-vu vu un drapeau tunisien ? Merci en tout cas pour ce plasir partagé d’un cinéaste hors pair.

  • 14 août, par Julien Dugois

    Noémie, merci de votre retour. En vous lisant je me suis également demandé où j’ai pu évoqué un drapeau tunisien, et pourtant c’est bien ce que j’ai écrit. Comme quoi, j’étais vraiment crevé à la fin du Festival. C’est regrettable que personne ne me l’ai fait remarquer plus tôt.

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?