Critique

CINÉMA

Le procès de Viviane Amsalem - la critique du film

La prisonnière

Le 24 juin 2014

Avec ce huis-clos kafkaïen doublé d’une dimension pamphlétaire hautement corrosive, les Elkabetz concluent de façon remarquable leur trilogie de la claustration. Une œuvre minimaliste et saisissante.

Galerie Photos

Votre avis

Votre note :
3 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?