Les Proies (Cannes 2017) - la critique du film

Désirs humains

Le 17 juin 2017

Préférant l’épure et l’allusion aux excès dérangeants du film original de Don Siegel, Sofia Coppola perd en équivocité ce qu’elle gagne en lyrisme. À défaut de véritables ambiguïtés, reste un beau portrait croisé de femmes tourmentées par le désir comme l’Américaine en a le secret.

Galerie Photos

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?