Les Proies (Cannes 2017) - la critique du film

Désirs humains

Le 18 août 2017

Préférant l’épure et l’allusion aux excès dérangeants du film original de Don Siegel, Sofia Coppola perd en équivocité ce qu’elle gagne en lyrisme. À défaut de véritables ambiguïtés, reste un beau portrait croisé de femmes tourmentées par le désir comme l’Américaine en a le secret.

Galerie Photos

Vos avis

  • 26 août, par fan d’écran

    Si Sophia Coppola a réellement conçu "Virgins suicides ","Marie-Antoinette" et "Lost in translation" ,alors ,qui a eu l’idée du scénario ringard de "Les Proies " (2 femmes et quelques oiselles dans un pensionnat pour jeune filles à la David Hamilton qui font mine de biner leur potager en crinolines blanches mais qui dégustent des desserts à la crème Chantilly au plus fort d’une Guerre de Sécession de pacotille ?) ? Comment peut -on filmer pareil navet quand on a imaginé "Lost in translation" ? La nature environnante est semblable à une pub Uncle Ben’s version brume et sépia .Le soldat Nordiste blessé que ces dames finissent par dégoter dans les bois leur fait peur ,mais elles envisagent quand même très vite de lui proposer des soirées musicales .S’il est censé être ambigu ou dangereux (en réference au titre) ,le spectateur ne peut que constater qu’il s’agit juste d’un homme ordinaire limité dans son action par des réflexes de séducteur improbable et balourd (déclarations d’amour subites incrédibles et ridicules ,ou oeillades en théorie chargées en suggestions érotiques ,ou attitude séduisante mais coulée dans le respect,bref,un vrai catalogue !...)....Ceci dit ,son "public" se conduit tellement en dindes frappées par l’amour au bout de ....allons ....1 mn de confrontation avec lui ,que on peut lui pardonner .Le sommet du ridicule et de l’improbable est atteint quand Nicole Kidmann en maitresse des lieux s’attelle à la toilette du blessé évanoui et se croit obligée de le frictionner de haut en bas avec des linges mouillés (la séquence torride,je suppose ) car un Nordiste au bord de la septicémie ,oui ,mais propre .Puis Nicole doit lui laver (aussi) le zizi et là ,encore plus de gros soupirs ,et de mines effarouchées ...Sophia Coppola coupe la caméra àce moment-là car trop de charge émotionnelle .... Pourquoi personne n’a prévenu Nicole Kidmann qu’on peut installer un soldat blessé et inconscient dans le salon de musique sans nécessairement se faire une obligation de l’astiquer comme un guéridon !!! Surtout pour finir par le tronçonner par la suite ! .Bref :ampoulé ,improbable ,ridicule .....Quant à la Femme avec un grand F : ouhlalala ! Quelle image ! Toutes des nymphomanes du berceau à la ménopause . En Virginie ,pendant la Guerre de Sécession.....Peut être un phénomène sociologique historique car j’espère que ce n’est pas RÉELLEMENT ce que la réalisatrice pense de ses copines !

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?