Critique

CINÉMA

Wall Street : l’argent ne dort jamais - la critique

Les arnaqueurs

Le 29 juin 2013

Gordon Gekko, le retour. Présenté hors compétition à Cannes, le second volet du récit culte de Oliver Stone est une habile machinerie qui ne retrouve que partiellement la force corrosive de l’original.

Galerie Photos

Le choix du rédacteur

Vos avis

  • 7 octobre 2010, par roger w

    Si l’analyse que fait Oliver Stone des dérives du système est tout à fait pertinente, faisant encore preuve d’une belle contestation du capitalisme, cette suite apparaît comme moins cynique que le précédent. L’erreur est d’avoir trop centré le film sur les affaires de coeur du trio principal. De même, le happy end final vient gâcher in extremis une fin qui, jusque là, était belle dans toute sa cruauté. Pertinent donc, mais pas abouti.

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?