Critique

CINÉMA

Biutiful - la critique

Prix d’interprétation à Cannes

Le 24 octobre 2011

Les derniers moments d’un intermédiaire de l’ombre. Le renouvellement du style d’un grand cinéaste et un prix d’interprétation cannois mérité pour Javier Bardem.

Galerie photos

spip-bandeau
  • roger w 1er novembre 2010
    Biutiful - la critique

    Tout bonnement un des chefs d’oeuvre de l’année : désespéré, poignant et d’une noirceur rarement vue. Indispensable.

  • Jujulcactus 5 décembre 2010
    Biutiful - la critique

    Mr Inarritu reviens après « 21 grammes » et « Babel », mais sans son acolyte habituel, avec « Biutiful » accueilli par le prix d’interprétation masculine au dernier festival de Cannes... Un drame une fois de plus construit en film choral mais avec une trame principale centrée sur un père de famille malade sur lequel tombent tous les malheurs du monde... Un film qui ne s’éloigne jamais de son sujet, qui joue beaucoup sur la corde sensible, quitte à en devenir un peu lourd voire un peu glauque (avec tout cet univers de la rue, et la pauvreté ambiante)... Mais le film touche par sa justesse... Les interprétations impeccables de Xavier Bardem et de Maricel Alvarez (véritable révélation en mère schizophrène) y sont pour beaucoup, les seconds rôles sont aussi très bons, la réalisation d’une grande efficacité avec de très beaux plans, la musique colle parfaitement aux images ... L’émotion passe, notamment par quelques scènes très fortes qui prennent aux tripes, mais aussi par l’ensemble du film grâce à cette famille touchante, déchirée et déchirante... Ce qui rend peut-être le film un peu long c’est qu’il est assez éprouvant sur la durée .. Cette déchéance dont on connait la fin par avance arrive à nous surprendre et à nous boulverser. Mr Inarritu a signé là un grand film, son meilleur.

  • Sébastien Schreurs 26 février 2011
    Biutiful - la critique

    L’exploit de Inarritu sur "Biutiful" est double... Maintenir la barre aussi haute que "Babel" et livrer une histoire aussi crédible et déchirante sans l’aide de Arriaga. Du très très grand art enrichi par l’interprétation inouïe de Bardem. Le jury de Cannes a eu un culot monstre (et un fameux complexe d’infériorité) en le privant à nouveau de la Palme d’or...

Votre avis

Votre note :
3 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?