Critique

CINÉMA

Dear Wendy - la critique du film

Johnny got his gun

Le 12 février 2018

En baisse de régime, le duo Vinterberg/von Trier nous livre un film totalement creux sur le fond.

Galerie photos

spip-bandeau
  • Mykelti BuBba 21 décembre 2011
    Dear Wendy - la critique du film

    De la part de Thomas Vinterberg et Lars von Trier, on pourrait légitimement s’attendre à une œuvre de qualité, autant sur la forme que sur le fond. Malheureusement, l’intrigue manque cruellement de crédibilité, les personnages enchaînant des actions plus improbables les unes que les autres. Confier Sebastian à Dick est un exemple d’idée improbable. Aucun personnage ne sort du lot, si bien qu’on s’attache peu à leur sort. L’idée de jalonner le récit de la correspondance de Dick pour Wendy pouvait sembler bonne, mais n’apporte, là encore, pas grand-chose. On appréciera quelques idées de mise en scène, qui n’arrivent que très tardivement, et la petitesse de la ville traduit l’étouffement et le manque de perspective pour ces enfants. Mais finalement, c’est l’ennui qui prévaut. Comme souvent avec Lars von Trier, la frontière est étroite entre le grand n’importe quoi et le coup de génie. Cette fois, c’est du grand n’importe quoi.

  • Mykelti BuBba 24 janvier 2012
    Dear Wendy - la critique du film

    De la part de Thomas Vinterberg et Lars von Trier, on pourrait légitimement s’attendre à une œuvre de qualité, autant sur la forme que sur le fond. Malheureusement, l’intrigue manque cruellement de crédibilité, les personnages enchaînant des actions plus improbables les unes que les autres. Confier Sebastian à Dick est un exemple d’idée invraisemblable. Aucun personnage ne sort du lot, si bien qu’on s’attache peu à leur sort. L’idée de jalonner le récit de la correspondance de Dick pour Wendy pouvait sembler bonne, mais n’apporte, là encore, pas grand-chose. On appréciera quelques idées de mise en scène, qui n’arrivent que très tardivement, et la petitesse de la ville traduit l’étouffement et le manque de perspective pour ces enfants. Mais finalement, c’est l’ennui qui prévaut. Comme souvent avec Lars von Trier, la frontière est étroite entre le grand n’importe quoi et le coup de génie. Cette fois, c’est du grand n’importe quoi.

Votre avis

Votre note :
2 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.