Critique

CINÉMA

Juste la fin du monde - Xavier Dolan - critique

Sur mes lèvres

Le 21 août 2020

Troublant de désinvolture, le nouveau Dolan fait poindre un spleen jamais sentimentaliste et infiniment romanesque. Autant d’étourdissements émotionnels portés à leur firmament.

La chronique vous a plu ? Achetez l'œuvre chez nos partenaires !

En DVD ou Blu-Ray

  • Acheter sur Cultura
  • Rakuten

Galerie Photos

  • faaf 25 septembre 2016
    Juste la fin du monde - Xavier Dolan - critique

    Je vois ce film au seconde degré, car, au premier degré, hormis la qualité de la mise en scène et de l’interprétation - ce qui est déjà pas mal - c’est totalement vide et sans intérêt. Au seconde degré, c’est de l’autodérision, et la scène clé qui en donne la grille de lecture, c’est le monologue d’Antoine au volant de sa voiture. Pour ce fabriquant d’outils, les mots de Louis (et le film de Dolan) ne veulent rien dire et ne valent rien. Je ne sais pas si Dolan en est conscient. Est-ce que je sur-interprète ?
    Le casting me parait réussi, sauf pour Léa Seydoux, excellente comédienne par ailleurs, qui incarne mal une jeune petite sœur à peine sortie de l’adolescence.

  • Re Chab 12 avril 2020
    Juste la fin du monde - Xavier Dolan - critique

    Mon sentiment par rapport au film est plus mitigé.
    Il s’agit de rassembler des caractères dans une famille, où ceux-ci sont caricaturés à l’extrême, c’est ce qui est gênant.
    On a demandé aux comédiens de sur-jouer un rôle, qui ne semble pas vraiment fait pour eux. D’une certaine façon, on est assez proche d’un Scola dans "affreux, sales, et méchants".
    Le propos de Dolan serait sans doute mieux passé, s’il avait utilisé des acteurs plus "neutres", en tout cas moins de stars ( seul V Cassel semble être à l’aise dans son rôle)... et que les non dits le soient, dans une famille plus ordinaire... l’hystérie de chacun dans celle qu’a choisie Dolan fait qu’on a du mal à rentrer de plein pied dans le film, et que le spectateur a l’impression d’être manipulé : de cette façon, il ne perd jamais de vue qu’il a affaire à des acteurs ( alors que le rôle du cinéma est, - entre autre -de faire oublier qu’ils en sont)... on a donc du mal à croire aux personnages, malgré la qualité de l’interprétation, et la sculpture des visages en gros plans...donc aux émotions suggérées...et par conséquent, au film lui-même...

Votre avis

Votre note :
17 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.