Critique

CINÉMA

Evil dead - la critique

Le 6 janvier 2019

Galerie photos

Metropolitan FilmExport
Metropolitan FilmExport
Metropolitan FilmExport
  • Charly 7 mars 2010
    Evil dead - la critique

    ... Ou l’une des plus grandes impostures du cinéma.

    http://lesitedelaverite.fr

    Aucun doute là-dessus, Evil Dead marque bien une date dans l’histoire du film d’horreur. Car jusqu’à l’an de grâce 1981, date de sortie du premier opus de Sam Raimi, ce cinéma de genre était subversif, souvent socialement/politiquement engagé et donc d’une certaine façon solennel (citons La Nuit des Morts Vivants, Massacre à la Tronçonneuse ou Carrie en chefs de file ultra premier degré). Par conséquent, côté spectateurs, ça ne rigolait pas non plus ; et si c’était le cas, c’était certainement plus pour se protéger de la violence dérangeante des images et du propos que parce que les films prêtaient à sourire.

    Si l’on en juge par cette première réalisation, Sam Raimi, vingt ans à l’époque, avait visiblement, lui, envie de se marrer. Et peut-être l’ambition cachée de faire basculer le genre dans l’entertainment... Ce qu’il a sans aucun doute réussi. Courageusement, sans un kopeck en poche, il s’est mis en tête de nous compter l’histoire de quelques jeunes décérébrés en lutte contre de méchants esprits, qui finissent par posséder les corps de nos joyeuses troupes ! Evil Dead est donc une histoire de sorcières, ni plus ni moins, destiné à appâter un public de teenagers s’identifiant à nos jeunes bipèdes débiloïdes.

    La grande magie du film, c’est qu’avec le temps, il a acquis un statut culte. Alors que, on peut vous le dire maintenant, il ne s’agit que d’un vulgaire petit naveton. Franchement, découvrir le premier film de Sam Raimi près de 30 ans plus tard est une expérience terrible, tant le résultat semble en totale inéquation avec tout ce qu’on peut lire dessus. Censé terroriser mais également susciter l’hilarité, on peut sans remords aucun affirmer qu’il échoue dans les deux domaines.

    Premier constat : l’américain se révèle incapable de stimuler la moindre réaction de terreur. Il faut dire qu’à moins d’être un superstitieux maladif, ces petites histoires de sorcières sont totalement inoffensives. C’est une évidence, mais la peur n’est jamais aussi grande que lorsque l’on peut s’identifier aux personnages ou que l’on peut imaginer vivre leur situation. Et quand un élément fantastique s’invite, il FAUT que le spectateur y croit. Sinon, comment s’inclure dans les péripéties des protagonistes ? Ainsi Romero et De Palma l’avaient très bien compris : les morts-vivants, Carrie et sa télépsychopathie sont effrayants parce qu’ils nous ressemblent, parce que, définitivement, on s’identifie à eux.

    Les sorcières de Raimi, elles, pâtissent déjà d’une absence de vie, d’Histoire (on ne sait rien d’elles, elles ne semblent exister que pour décimer de pauvres quidams peu chanceux), et surtout, elles subissent les terribles conséquences d’un budget ridicule. Les effets spéciaux, certainement primés par un jury sous psychotropes, sont catastrophiques. Et si rire il y a, c’est malheureusement parce que les imperfections semblent trop nombreuses pour être réelles (cf. les spots visibles dans la forêt, les monstres en pâte à modeler) et certainement pas parce que le film, ses situations ou ses personnages en tant que tels sont drôles. A moins que vous considériez des gamins déguisés en Casper un soir d’Halloween comme totalement hilarants...

    Second point : le Mal, chez Sam Raimi, prend un visage grotesque, déshumanisé, qui décridibilise toute l’entreprise des pionniers de l’horreur, qui consiste à le disséquer, le montrer à l’œuvre sous toutes ses coutures, non pas du côté des monstres, mais de l’humain.

    Bien sûr, d’aucuns n’hésiteraient pas à défendre le produit en nous faisant croire qu’il s’agit d’une superbe mise en abîme du genre, visant à le démembrer consciencieusement pour mieux dénoncer les vulgaires procédés destinés à nous faire frissonner. Honnêtement ? Même en essayant d’y voir une parodie (ce qui implique donc de définitivement éluder l’aspect « épouvante », pourtant revendiqué ça et là par ses nombreux admirateurs), on ne peut qu’être consterné par ce manque de rythme et d’inventivité. Tout est tellement prévisible...

    Bref, on ne saura probablement jamais si cette arme de destruction massive du style était volontaire ou totalement fortuite, mais la confusion, voire le grand paradoxe qui entoure Evil Dead, censé donc être aussi horrifique que drôle - équation insoluble s’il en est, et dont la dernière victime en date est certainement le très surestimé Shawn of The Dead-, en dit long sur la réalité du produit : Evil Dead n’apparaît au final que comme une vilaine blague potache. S’y retrouvent certainement tous ceux qui veulent bien angoisser, mais seulement devant l’impossible afin de moins craindre l’horreur du quotidien. Dans cette ère puritaine et hypocrite dans laquelle nous sommes depuis près de 30 ans, quoi de plus logique qu’il remporte un tel succès ?

    Voir en ligne : Evil Dead

  • birulune 23 octobre 2017
    Evil dead - la critique

    Charly dsl mais le film a créé qqch et on peut le démonter mais pas user le mythe et tu l’as dit, 30 ans après, c’est différent ( la qualité d’image nuit beaucoup aux effets spéciaux) et c’est avec des boutons pleins la gueule et une VHS de brocante que le kiff a lieu.
    J’ai pas lu la critique du site du coup mais elle doit faire l’apologie du film forcément et c’est vrai que de se faire déposséder de ce genre de souvenirs ( je passais pour un cinglé auprès de ma famille avec mes films dégueus) ça fait bizarre.
    Moins le mythe que UN SIMPLE FILM pour moi
    J’ai adoré mais arrêtez avec le mythe ED ça met un coup de vieux

Votre avis

Votre note :
5 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?