Critique

CINÉMA

Week-end à Zuydcoote - Henri Verneuil - critique

Le 26 mai 2020

Ce film dépasse les conventions du cinéma commercial de l’époque pour proposer une vision de la Seconde Guerre mondiale en avance sur son temps.

La chronique vous a plu ? Achetez l'œuvre chez nos partenaires !

En DVD ou Blu-Ray

  • Acheter sur Cultura
  • Rakuten

Le choix du rédacteur

  • JIPI 11 mai 2012
    Week-end à Zuydcoote - Henri Verneuil - critique

    La poche de Dunkerque malgré son paroxysme permet à certains de se recadrer dans des perceptions de bases corrigées en fonction d’un vécu hors norme.

    Maillat désabusé s’en prend à un Dieu absent donc consentant de tous ses massacres de bord de mer minimisé par Pierson rivé désespérément à ses doctrines théologiques de plus en plus contestées sur un terrain aveugle de générosité et de bonté que seul Alexandre parvient à maintenir à flots dans le pire des contextes.

    Sous les bombes l’absurdité à pignon sur rue. Aucun mérite n’est récompensé. La mort frappe ou elle veut éradiquant les bons comme les méchants.

    La guerre est le meilleur des endroits pour remettre à jour des concepts appris en temps de paix. Ici on crie sa douleur, son arrogance et son mépris devant une punition incessante venue du ciel.

    Week-End à zuydcoote permet d’admirer une remarquable reconstitution logistique guerrière juxtaposée à des conversations permettant à des morts en sursis d’élaborer quelques constats philosophiques personnels sur le sens de la vie.

    Un site pathétique de bout de courses réunit une faune de tous bords maintenue opérationnelle par des parcelles de moralité sévèrement traquée par une boucherie inutile.

    L’un s’accroche par ses convictions religieuses pendant que l’autre ne croit plus en rien en maintenant malgré tout une mécanique serviable, l’ensemble est couvé par une mère poule éliminée impitoyablement malgré sa bonté.

    Ces plages initiatiques offrent la soudaineté d’un départ à certains et des morceaux de bravoures finaux à d’autres. Chacun est pulvérisé en fonction des circonstances sans préférence ni modèle.

    Le seul message que l’on laisse est un destin tragique dont l’échéance atténuée par quelques rapports intimes ne fait que sommeiller.

    Un grand film spectaculaire sur un état des lieux terrestre et cérébral complètement abandonné.

Votre avis

Votre note :
4 votes
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

aVoir-aLire.com, dont le contenu est produit bénévolement par une association culturelle à but non lucratif, respecte les droits d’auteur et s’est toujours engagé à être rigoureux sur ce point, dans le respect du travail des artistes que nous cherchons à valoriser. Les photos sont utilisées à des fins illustratives et non dans un but d’exploitation commerciale. Après plusieurs décennies d’existence, des dizaines de milliers d’articles, et une évolution de notre équipe de rédacteurs, mais aussi des droits sur certains clichés repris sur notre plateforme, nous comptons sur la bienveillance et vigilance de chaque lecteur - anonyme, distributeur, attaché de presse, artiste, photographe. Ayez la gentillesse de contacter Frédéric Michel, rédacteur en chef, si certaines photographies ne sont pas ou ne sont plus utilisables, si les crédits doivent être modifiés ou ajoutés. Nous nous engageons à retirer toutes photos litigieuses. Merci pour votre compréhension.