Critique

BD

Melody Bondage . My name is bondage - La chronique BD

00Sex

Le 22 août 2019

Bouilhac et Raynal délaissent l’intimité animalière de leur cher Francis pour celle de la gent féminine avec Melody Bondage : héroïne à la plastique irréprochable, faussement ingénue et d’une nature plutôt explosive...

Votre avis

Votre note :
0 vote
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?