James Joyce

Inscrivez-vous et/ou connectez-vous pour vous inscrire à nos alertes James Joyce

  • SES LIVRES
  • SES NEWS
  • SA BIOGRAPHIE
  • SES VIDEOS
Plus de livres
Moins
Plus de news
Moins
James Joyce

Joyce, sa vie, son œuvre. Tout un programme... Mais serait-il vraiment raisonnable de chercher à résumer le génie du père de la littérature moderne en quelques lignes ? Alors que Dublin célèbre ce 16 juin le centenaire du Bloomsday, sorte d’ovni dans le monde de la littérature, puisqu’il s’agit de la journée ordinaire et extraordinaire de Leopold Bloom, personnage principal d’Ulysse, force est de constater que le rayonnement de Joyce dépasse largement les frontières irlandaises. Et pourtant, il demeure un auteur relativement méconnu et généralement perçu comme ardu. A tel point que parvenir à terminer Ulysse serait presque devenu l’odyssée du lecteur contemporain. Qu’est-ce qui nous pousse alors à recommencer encore et encore, à lire et relire Joyce, convaincu de tenir entre nos mains le Saint-Graal de la littérature moderne ?

Tout d’abord l’alchimie du verbe, le mot élevé au rang de vérité absolue. Il fait la force des longs monologues intérieurs, mélanges de passé et de présent, d’idées et de souvenirs. Lire Joyce, c’est faire l’expérience de techniques d’écriture résolument modernes telles que la parodie et le pastiche, la fragmentation du mot et de l’image, la multiplicité des points de vue.

Ensuite, Joyce est le plus européen des auteurs irlandais. Il suffit d’ouvrir ses romans pour s’en convaincre : "Trieste - Zurich - Paris, 1914-1921", "Paris 1922-1939", ces lieux et dates sont devenus désormais indissociables d’Ulysse et Finnegans wake.

Enfin, nous sommes tous des Dublinois. Parce que le Dublin de Joyce, épicentre de son œuvre, cœur d’une Irlande catholique qu’il abhorrait et qu’il aimait passionnément à la fois, est d’une infinie humanité. Joyce y décèle le petit rien, la mesquinerie et la générosité, la diversité des hommes et leur infinie décence. Voilà pourquoi, en attendant de les lire, Ulysse et Finnegans wake demeurent nos livres de chevet.


Pour aller plus loin :

- Interview de Jacques Aubert, traducteur de la nouvelle version d’Ulysse
- Éditer Joyce, la folle entreprise de deux libraires parisiennes
- Joyce et Beckett, histoire d’une amitié littéraire

Plus de vidéos
Moins