Critique

BD

Le char de fer - La chronique BD

Fjordmidable

Le 13 août 2019

Lorsqu’on lit Le char de fer, on pense à Tchekhov, à sa société bourgeoise qui se complaît dans l’oisiveté. A Bergman, l’homme du nord comme Jason, et ses plans étirés, son art de la torpeur visuelle.

Galerie Photos

Votre avis

Votre note :
1 vote
Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?