Largo Winch T.21 L’Étoile du Matin - La chronique BD

Le 17 octobre 2017

Nouveau scénariste et nouveau cycle pour le célèbre milliardaire

Galerie photos

© Dupuis 2017
© Dupuis 2017

Vos avis

  • 18 octobre, par Edu2017

    L’Étoile du matin sonne le renouveau particulièrement réussi de la série et annonce une mue profonde de l’univers où évolue le plus célèbre héritier du 9ème Art. « Le destin n’est pas une question de chance. C’est une question de choix. ». Cette citation de Nério Winch, Philippe Francq pourrait la faire sienne quand Jean Van Hamme lui annonce brutalement en 2014 son souhait de mettre fin à leur collaboration de 24 ans sur ce best-seller. Très rapidement le père graphique de la série opère des choix déterminants : nouveau scénariste, retour aux fondamentaux : l’économie et la finance révélées à la lueur de notre époque. Résultat : les deux compères signent l’un des meilleurs albums de la série et Largo Winch reprend son destin en main. Le nouvel album s’ouvre par une séquence illustrée d’un feu d’artifice en Russie. Cette scène inaugurale et spectaculaire donne le ton d’un récit enlevé et moderne, servi par l’efficacité des cadrages et le talent de mise en images du méticuleux Philippe Francq. Avec ce nouvel exercice ce dernier atteint un sommet graphique sur l’ensemble de la série. Les nuances et la variété de la mise en lumière servent l’esthétique globale des planches et leur lisibilité. Le tout dans un souci de constant équilibre de chaque composante. Les deux auteurs sont au diapason. A la richesse visuelle (les architectures), la diversité des lieux visités, parfois familiers au lecteur, font écho des séquences alternant flash-backs et nouvelles pistes densifiant l’intrigue et brouillant à dessein les intuitions du lecteur. Le scénariste et romancier n’est jamais loin pour agrémenter son thriller économique d’indices techniques. L’action emboîte le pas comme au plus belles heures de la série. La synergie de leur collaboration offre au lecteur le plaisir d’une lecture jubilatoire. Le texte nourrit l’image et l’image répond au texte, comme portés par l’ambition du projet que les deux auteurs s’assignent à délivrer aux amateurs de ce blockbuster dans les prochains albums. Le successeur de Jean Van Hamme réussit le tour de force de dresser à la fois un inventaire géographique et initiatique du personnage (la séquence de « la méditation sur la beauté chaotique de la bourse » clin d’œil au cycle du Tao, Lucerne, Chicago…) qui n’est jamais gratuit, et dans le même temps d’ouvrir des pistes multiples (Mexique, Russie, la fiscalisation de Largo…) qui sont autant de lignes directrices envisageables pour l’avenir de la série. Comme le souligne le milliardaire : « les temps changent… » L’objectif avoué étant une restructuration du Groupe Winch à terme. Pour P.Francq et E. Giacometti, l’époque actuelle offre de nouveaux schémas et modèles économiques que le Group Winch doit assimiler et intégrer. Récemment revenu de Russie pour des repérages, le dessinateur devrait rapidement s’atteler au destin de son héros dans un tome 22 intitulé Les voiles écarlates qui est d’ores et déjà très attendu.

Votre avis

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?